J'agis

Des ateliers d’éloquence aux Escales Solidaires

Img 2266

Publié le 24 mars 2021 par Escales Solidaires

Vous avez la parole !

Facile à dire mais à faire, beaucoup moins… Alors, après un temps d’échange, de détente et à l’aide de quelques consignes sous forme de jeux, chacun se concentre. Chloé, service civique aux escales solidaires et présidente de l’association Eloquentia Lyon, accompagnée d’Alice et Agathe, étudiantes et membres de la même association, ont su créer un climat de confiance à l’Escale du 2.

Img 2264

Chacun cherche ses mots avec appétit, tout en savourant ce moment complice, de partage, qui manque cruellement depuis un an. Pour les uns, s’exprimer devant d’autres est un exercice plutôt facile, alors que d’autres préfèrent l’écrit à l’oral. Alice fait tomber les dernières appréhensions : « Nous devons toujours respecter trois règles : la bienveillance envers les autres, le respect et bien sûr l’écoute. Nous ne sommes pas en compétition ».

« L’association Eloquentia a été créée il y a quelques années pour inciter à prendre la parole en public, s’exprimer aisément sur divers sujets et savoir argumenter. Si elle prépare chaque année des jeunes de 18 à 30 ans au concours d’éloquence, elle organise aussi des ateliers ouverts à tous les publics, comme celui-ci », explique Chloé.

Alors,  passons à la pratique  ! A chacun des participants sa feuille de papier. En début de phrase, une voyelle, une syllabe, un mot, les mêmes pour tous, afin de guider la pensée, de faire jaillir des phrases, des vers, des rimes du fond de sa mémoire, de ses émotions. Et de les assembler à sa guise pour donner naissance à une histoire, un conte, une réflexion, une observation, un poème qui seront ensuite partagés oralement. Une expression rendue plus captivante lorsque des gestes, une posture,  l’accompagnent.

Img 2286

Rose, qui a fait du théâtre pendant cinq ans au Congo, le pays d’où elle vient, est parfaitement à l’aise et sait faire éclater de rire son public en occupant l’espace avec aplomb. Mais, même les plus timides parviennent à s’exprimer avec simplicité et naturel. L’atmosphère bienveillante y est sans doute pour quelque chose…

Après le temps de la poésie vient celui de l’argumentation. Le thème des menus sans viande dans les cantines de Lyon est débattu, les pour et les contre avancent leurs idées avec conviction, sans répit, un vrai match de ping-pong ! Aucune barrière ne résiste à cette joute oratoire qui ne s’interrompt qu’une fois tous les arguments épuisés. Passionnant, au point d’imaginer déjà des thèmes pour le prochain atelier !

Ravies du succès de l’exercice, de la qualité de ces échanges en « présentiel », les trois animatrices comptent bien poursuivre l’expérience afin que chacun acquière plus d’aisance, d’assurance et utilise davantage son corps pour accompagner sa voix. Rose, Sabilla et Jean-Paul sont partants !

 

Marie-Anne Ichter, bénévole reporter aux Escales Solidaires