J'agis

Être Propriétaire-Solidaire chez Habitat et Humanisme

N.-D-1.jpg

Publié le 28 septembre 2017 par Loire

Nicolas. D,  est propriétaire solidaire depuis un peu plus d’un an…

Il a acquis il y cinq ans un appartement T 3/T 4 de 96   m2 au centre de Saint-Chamond. Logement qu’il a entièrement « refait » à l’époque. L’agrandissement de son  foyer et le souhait « d’avoir un jardin » l’ont poussé, avec sa famille, à acquérir rapidement  une petite maison à Sorbiers.

Qu’est-ce qui vous a amené à solliciter Habitat et Humanisme pour le logement que vous alliez quitter ?

Ne trouvant pas d’acquéreur pour celui-ci, j’ai d’abord songé à une location classique (idée vite abandonnée après quelques contacts peu satisfaisants avec des agences immobilières locales). Nous souhaitions faire « autrement ». Un contact familial m’a orienté vers Habitat et Humanisme.

Comment cela s’est-il passé ?

Début 2016, j’ai pu rencontrer le responsable immobilier d’Habitat et Humanisme Loire ; le contact m’a paru satisfaisant d’emblée, et le logement que je proposais semblait répondre aux critères recherchés par l’association. Il s’en est suivi une visite des lieux par l’assistante sociale de l’association, puis une deuxième rencontre pour des explications techniques plus approfondies. Entretemps du fait de mon déménagement à Sorbiers, le logement était vacant ; cela a permis dès Juin-Juillet, après état des lieux, la signature d’un bail de location pour six ans.

Quels avantages avez-vous tiré de cette opération ?

Du fait du conventionnement ANAH en logement social des lieux libérés, nous avons reçu une prime de 1000 €.

Je perçois un loyer (certes inférieur à celui du marché immobilier classique, mais dont je suis certain du versement par l’association), tout  en bénéficiant pour celui-ci d’un abattement fiscal de 60 % (porté à 85 % désormais).

Cela a t’il été déterminant pour vous ?

Oui et non. Je ne refuse certes pas ces apports, mais la gratification de savoir ces biens « utiles collectivement », d’apporter notre  « petite pierre » à la solidarité, et le gain d’une tranquillité d’esprit (absence de risque d’impayé, de vacance ou de dégradation) nous amène à penser qu’un bon choix a été réalisé et n’avons aucun regret.

Connaissez-vous vos locataires ?

Non, et je ne crois pas nécessaire de chercher un contact. Je sais qu’ils sont « accompagnés » par un bénévole formé (c’est rassurant pour nous) et ne voulons pas mélanger les genres. Mais, je ne suis pas opposé à l’idée d’accompagner des locataires d’un autre logement de l’association. Par contre nous aurions peut-être le souhait d’avoir quelques nouvelles de temps à autre de la famille en place (bilan annuel ?) par le canal de l’accompagnant.

Merci pour votre témoignage

Habitat et Humanisme Loire cherche des logements ; mais, par honnêteté envers de futurs locataires, est très sélectif quant à l’état (non dégradé évidemment), la localisation (zone à réelle mixité sociale), le niveau des charges locatives (chauffage peu onéreux du fait d’une isolation de qualité, bas étage sans ascenseur) de ceux-ci.

Si vous pensez avoir un bien immobilier répondant à ces critères, vous pouvez contacter soit le siège de l’association (Virginie Fournié au 04-77-32-10-38) soit le responsable des propriétaires solidaires (Jean-Paul Peyrard 06-47-34-49-66)