J'agis

Près de 500 bénévoles mobilisés pour la Nuit de la solidarité à Lyon

Ludivine X Nuit De La Solidarité

Publié le 27 janvier 2022 par Habitat Humanisme Rhône

Près de 500 bénévoles ont participé, dans la nuit du 20 au 21 janvier 2021, à la première édition de la Nuit de la solidarité organisée par la Ville de Lyon. L’enjeu : connaître davantage les personnes qui vivent à la rue et les recenser.

Ludivine Xatart, 27 ans, chargée de développement des partenariats chez Habitat et Humanisme Rhône depuis septembre dernier, nous raconte cette Nuit de la solidarité. Dispatchés en équipe de quatre ou cinq personnes, chaque QG s’est vu attribuer un arrondissement bien précis de la ville de Lyon – pour Ludivine, c’était le deuxième. Les groupes ont bénéficié d’une formation et assisté à des ateliers de sensibilisation, leur permettant d’aborder au mieux la situation et de leur rappeler l’importance de se mettre à la place de l’autre.

250 personnes sans-abris recensées

Munis de leur lampe torche et de leur carte délimitant leur circuit, chaque équipe a sillonné les moindres recoins de rues, dans l’espoir d’aller à la rencontre du maximum de personnes sans-abris. Dans le cas où elles en croisaient, la règle était de ne pas les forcer à parler, ne pas les déranger et ne pas les approcher si ces personnes dormaient. A l’inverse, si elles se montraient ouvertes à la discussion, l’équipe pouvait alors poser quelques questions sur leur santé, le nombre d’années passé dehors, la fréquence de leurs repas et douches par semaine ou encore la fréquentation ou non d’un accueil de jour. Au total, 250 personnes ont été recensées. Les informations récoltées seront utilisées par l’INSEE ainsi que par la Ville de Lyon.

Même si Ludivine appréhendait légèrement cette soirée, elle en ressort avec l’envie de s’engager davantage par la suite. « C’était une première expérience pour moi, et je savais que le public que nous allions rencontrer peut être fragile et parfois difficile à aborder ». Sensible aux enjeux qui gravitent autour du milieu associatif, elle rajoute « cette soirée m’a permis de mettre une image sur ce pourquoi on travaille tous les jours. Elle m’a donnée encore plus envie d’apporter mon aide aux personnes les plus démunies ».