J'agis

Visite du « Museotrain » à Semur en Vallon

Imag0509 2

Publié le 2 juillet 2018 par Sarthe-Mayenne

Imag0552   Imag0536        Imag0513

Aujourd’hui, premier jour de l’été. Direction Semur dans le canton de Saint Calais (Sarthe, Pays de La Loire). Nous allons faire un circuit avec le petit train de Semur en Vallon de la CCFSV, comprenez la Compagnie du Chemin de Fer de Semur en Vallon. Nous sommes douze de l’association Habitat et Humanisme Sarthe-Mayenne, de 3 à 72 ans, et c’est Benoît, passionné de trains et collectionneur invétéré, qui a eu l’idée de la sortie.

Nous sommes partis à 11 heures de la résidence intergénérationnelle avec trois voitures. Arrivés vers midi, nous avons pique – niqué tous ensemble. Ensuite nous avons pris le petit train rouge. Pas de touristes aujourd’hui. Il est tout pour nous. A 14 heures, nous sommes arrivés au « muséotrain », prêts à découvrir pendant trois quarts d’heure ses merveilles.

René a beaucoup aimé le bric à brac « comptoir des vieilleries ». Le principe est simple : vous flashez pour un objet apporté par un visiteur. Vous estimez son prix. Vous versez le montant estimé et vous repartez avec l’objet. L’argent sera investi dans l’achat de nouvelles pièces pour le musée ou son entretien.

Vanessa, jeune maman, retient que sa petite fille a eu le vertige. Certaines passerelles sont en effet fixées en hauteur et Aliana n’était pas très rassurée.

Pascale et René ont apprécié de se retrouver dans une rame de métro à l’ancienne : siège en bois, déco, portes à glissières d’autrefois… Ça rappelle des souvenirs parisiens : les poinçonneurs, la suspension quelque peu chaotique. « Ça faisait un de ces boucans », ajoute Pierre.

Benoît précise : – Il y a des pièces plus que surprenantes. Par exemple une partie du tramway de Laon. Il est monté sur crémaillère parce qu’à Laon, il fallait relier la ville haute à la ville basse.

René : – On a vu une De Dietrich de 1898
Benoît : – Il y a mieux, une grue sur rails qui date de 1891. C‘est la pièce la plus ancienne du musée. Elle était maniée à la force des bras de deux hommes ! Ça, c’est de l’huile de coude, comme on dit. Elle pouvait déplacer une charge de 6 tonnes.

Après la visite du musée, nous nous sommes installés de nouveau dans le petit train. A 16 heures, nous avons repris les voitures pour rejoindre le Mans.

Pascale a été subjuguée : – il va falloir organiser une nouvelle visite à la rentrée pour ceux qui n’ont pas pu venir parce que, vraiment, ça vaut le coup.

Si vous passez en Sarthe, n’hésitez pas. Les informations pratiques sont sur le site : lepetittraindesemur.com

 

Imag0532      Imag0519

Pascale, René, Vanessa et Benoît

Facebook

Commentaires