J'agis

Ils témoignent

Loire1

Les résidents et les bénévoles d’Habitat et Humanisme Loire témoignent.

Quand je suis au jardin, j’oublie mes soucis.

 » Après une période à la rue où j’étais très vulnérable, j’ai intégré la maison Malescourt en décembre 2010. Aujourd’hui, soit plus de cinq ans après, je me sens bien ici. Je prends plaisir à donner des coups de main, j’apprécie la complicité avec certains bénévoles d’Habitat et Humanisme, j’aime rire avec eux, participer aux activités. Quand je suis au jardin, j’oublie mes soucis. »

F.
résident à la pension de Famille Malescourt
D44A8693_pt.jpg

Ce bénévolat m'apporte beaucoup...

Ce bénévolat m’apporte beaucoup, parce que, si j’apporte un savoir-faire, combien plus ils donnent par leur simplicité, leur franchise, leur sourire. Leur fragilité apprend à être humble, à adapter son regard, à être à l’écoute, et fait prendre conscience de la chance d’avoir eu, jusqu’à présent, un parcours de vie sans trop d’embûches et surtout de bénéficier d’un entourage solide et aimant.

2 Belair Fete Des Voisins2012

Au fil des mois on voit les deux filles se dégourdir...

« […] Accompagnée par une assistante sociale de « Soliha », je fais  connaissance de la famille de Roman et Floare avec leurs 5 enfants ;  ils viennent d’abris précaires ; tente, gymnase et rue depuis de longs mois..En accord avec la travailleuse sociale je leur explique mes futures visites pour suivre la scolarité des enfants (fonction prioritaire à mon sens) et leur parcours sanitaire ;  l’accueil est sympathique mais fort limité du fait de la langue qu’ils ne maîtrisent pas du tout. La famille prend rapidement possession du logement que la mère (et un des fils) tient propre.

Au fil des mois on voit les deux filles (4 et 7 ans) se dégourdir, et acquérir très vite le parler; elles aiment l’école, accueillent toujours positivement les histoires que je leur raconte ; peu à peu Floare, la maman, me fait confiance pour les emmener à la bibliothèque ; du côté des enfants petits tout se passe bien  avec la présence d’institutrices  attentives et bienveillantes. Pour les parents la langue est un obstacle, les cours de français ont peu de résultats. Je me rends souvent chez eux, l’accueil est chaleureux de la part de la mère qui dit apprécier sa nouvelle vie. A travers la nourriture partagée, je découvre les ragouts, ou les salades cuites à la crème… (!!) […] »

C. D
Accompagnante bénévole d'une famille ROMS
Img 1631

J’étais venu chercher des réfugiés, je repars avec le sentiment d’accueillir des membres de ma famille.

« Je suis bénévole accompagnant pour l’accueil de réfugiés Syriens. Mon premier contact s’est fait à l’aéroport de Lyon avec les deux assistantes sociales et un ami Syrien comme traducteur. Allais-je être  à la hauteur ? J’étais partagé entre la joie et l’inquiétude de la rencontre. Les familles arrivent : c’est l’effervescence, la connaissance et la rencontre. D’abord quelques mots d’accueil en anglais, quelques gestes pour expliquer. La présence de notre ami Syrien est un réconfort et une sécurité pour tous.

En sortant de l’aérogare, au moment de monter dans le bus, un des messieurs craque: trop de fatigues et d’émotions ! Il me fait comprendre que  notre accueil  déclenche cette émotion; on s’étreint fraternellement. J’étais venu chercher des réfugiés, je repars avec le sentiment d’accueillir des membres de ma famille. »

 Retour à la page d’accueil d’Habitat et Humanisme Loire

 

J-C. P
Accompagnant bénévole d'une famille syrienne
19149289 1481482068575635 6216336723611539261 N