J'agis

La finance solidaire

BernardDEVERT-18-Guillaume-Atger-e1474297238909.jpg

Publié le 6 novembre 2019 par Eve-Marie Bodin

Quel couple, l’oxymore, finance/solidaire. Qui aurait pensé que ces deux mots s’associent sans contradiction pour trouver l’un par l’autre tout leur sens.

Enfin, se dessine une économie au service de ceux confrontés à des situations de vulnérabilité. La loi PACTE prend en compte cette réalité : un droit humanisé reconnaissant aux sociétés commerciales la possibilité de se créer pour répondre à une mission.

L’article 1832 du Code civil définit la société à partir de l’affectio societatis, conduisant des personnes à se réunir en vue de se répartir des bénéfices. Désormais, au titre de l’article 1835 du Code civil, des sociétés naissent ou se transforment pour partager les bénéfices à destination du bien commun.

Comment est-on parvenu à une telle ouverture et à un tel souffle ? Là où la croissance était le maître-mot, s’éveille le développement. Ces deux mots ne sont pas des synonymes traduisant des approches différentes, le premier traduit une illimitation, le second une harmonie.

Il nous souvient de ce mot du journaliste-économiste, Jean Boissonnat, « à force d’imaginer le bien, on finit par y contribuer ». Nous y sommes presque. Depuis quelques années, la question du sens gagne les esprits et touche les cœurs.

Qui n’a pas gardé en mémoire l’intervention d’Emmanuel Faber, Président du Groupe Danone, aux étudiants d’HEC au sein de la chaire Economie et pauvreté : “Après toutes ces décennies de croissance, l’enjeu de l’économie, c’est la justice sociale…On vous a appris qu’il y a une main invisible, mais il n’y en a pas. …Il n’y a que vos mains, mes mains, nos mains qui puissent améliorer les choses.”

Que de cadres, après des parcours brillants, s’interrogent précisément sur leur engagement se demandant s’il ne serait pas l’heure pour eux – les charges familiales étant moins prégnantes – de contribuer au développement de l’entrepreneuriat.

Des étudiants, au sortir des Grandes Écoles ou de l’Université, choisissent les entreprises non pas à partir de ce qu’elles leur offrent comme salaires, mais de ce qu’elles engagent pour lutter contre les iniquités.

Le profit, c’est bien et nécessaire, mais une autre attente se fait jour au titre de la finalité des entreprises ; nombre de leurs dirigeants ont saisi qu’ils ne trouveraient des talents que si elles contribuent à servir l’intérêt général.

Une belle ouverture avec l’entreprise des possibles suscitée par Alain Mérieux.

La fierté d’appartenir à une entreprise est directement liée à sa détermination à agir pour un monde plus humanisé. L’optimisation fiscale, hier recherchée, est devenue aujourd’hui une faute morale, pouvant même devenir une faute pénale.

A un moment où les taux d’intérêts sont très bas, la finance solidaire trouve un champ d’ouverture inattendu et inespéré. A quoi servent ces trilliards sous forme de capitaux flottants qui aggravent les inégalités, alors que cette masse d’argent pourrait être une bouée de sauvetage pour bien des naufragés de nos Sociétés.

L’utopie d’hier est devenue une réalité concrète, transformatrice de relations.

Beaucoup, se demandent comment privilégier la finance solidaire. Elle justifie votre intérêt.

Ensemble, avec lucidité et discernement, nous pouvons agir pour qu’elle devienne le vecteur puissant du changement recherché par des hommes de bonne volonté, quel que soit leur horizon politique, philosophique ou spirituel.

Au cours de cette semaine, cette forme d’économie fait l’objet d’une présentation par de nombreux acteurs sous l’égide de Finansol qui labellise les entités répondant aux critères de la finance solidaire.

Bernard Devert

Novembre 2019

Facebook