J'agis

Le logement des réfugiés chez Habitat-Humanisme Provence

26993296_1823192777752868_4719446361773959965_n.jpg

Publié le 19 janvier 2018 par Eve-Marie Bodin

Depuis 2016, Habitat et Humanisme Provence accueille des familles de réfugiés d’Irak et de Syrie, dans des logements de propriétaires solidaires ou des propriétés d’Habitat et Humanisme.
Habitat et Humanisme, qui œuvre depuis 30 ans en faveur du logement et de l’insertion des personnes en difficultés, s’engage pour apporter toute son expérience, son expertise et ses moyens, à l’effort national d’accueil des réfugiés :

  •  en proposant des logements de stabilisation aux personnes ayant obtenu le statut de réfugiés, qui pourront ainsi sortir des structures d’accueil d’urgence, et ainsi libérer des places.
  • en accompagnant les personnes dans cette étape-clé de leur insertion en France, en apportant la présence et le soutien amical, dont ces personnes déracinées, qui ont tout laissé derrière eux, ont tant besoin.

Début 2018, Habitat et Humanisme Provence loge une quinzaine de familles ou de personnes isolées qui ont le statut de réfugié ou bénéficient de la Protection Subsidiaire. Celle-ci est accordée à toute personne dont la situation ne répond pas à la définition du statut de réfugié mais pour laquelle il existe des motifs sérieux et avérés de croire qu’elle court dans son pays un risque réel de subir des atteintes graves à sa personne.
A ce jour, parmi les réfugiés d’Irak et de Syrie :

• un père de famille a trouvé un emploi dans sa qualification
• une famille a pu se reloger en HLM
• un autre chef de famille essaye de trouver une formation complémentaire d’apprentissage du français afin de postuler à un emploi correspondant à ses compétences
• les trois autres familles doivent encore progresser dans leur connaissance du français
• une famille est en logement pérenne étant près de l’âge de la retraite
• une famille est entrée en juillet.

Parmi les autres réfugiés, il y a aussi:

• des personnes originaires d’Afghanistan, souvent des hommes jeunes isolés
• une famille d’Albanie qui travaille : ils reprennent des forces avant de s’installer dans le parc social
• une famille venue de la résidence H&H de Saint-Just.
Les réfugiés ont des difficultés importantes dans leur apprentissage de la langue française, dues en grande partie au manque de structure d’enseignement du FLE (français langue étrangère), à ne pas confondre avec les cours d’alphabétisation.
Ceci les bloque alors que beaucoup avaient un métier, ont une profession, des diplômes…. et qu’ils souhaiteraient mettre leur compétence et leur expérience au service du pays d’accueil.

Martine Muguet

Facebook