J'agis

Un nouveau président pour Habitat et Humanisme Ile-de-France

FB.jpeg

Publié le 27 septembre 2016 par Morgan Goubill

Ile-de-France

Racontez-nous votre évolution au sein de l’association

J’ai été sollicité au printemps 2007 par Christian Ollivry, alors président des « Amis de l’Avenir » en tant que regard extérieur pour « rêver l’avenir » de l’association. Cette dernière avait été créée à Antony en 1998 par un groupe d’amis dans le but de mobiliser des logements pour y accueillir des familles en grande précarité. L’équipe bénévole accompagnait alors une petite dizaine de familles dans des logements captés sur la ville, certains d’entre eux avec l’appui de la Foncière d’Habitat et Humanisme.

Puis, Christian Ollivry, élu Conseiller municipal à Antony en mars 2008, je me suis retrouvé au mois de juin président des Amis de l’Avenir. L’orientation était alors partagée par tous : au vu de la complexité de l’immobilier et de l’action sociale, il convenait de s’adosser à association plus solide. Cela a  débouché sur un partenariat avec Habitat et Humanisme IdF, partenariat à l’origine de la création en 2010 de l’antenne Hauts-de-Bièvre, puis de la fusion juridique au 1er janvier 2015.

Au sein des Amis de l’Avenir, j’ai accompagné pendant 5 ans successivement deux familles : une dame d’origine polonaise avec 3 grands enfants, puis un homme isolé ayant vécu plusieurs années dans la rue. Expérience humainement très enrichissante que je recommande à tout un chacun.

Dans le contexte de rapprochement progressif des Amis de l’Avenir et d’Habitat et Humanisme IdF, Bernard Usquin et Olivier Launay m’ont proposé à l’été 2011 d’être le bénévole responsable du pôle Hommes et Territoires en binôme avec Marie de Sena, remplacée deux ans après par Pierre Audebert.

Quel sera votre plan d’action pour ces prochaines années ?

Il reste encore beaucoup de familles mal-logées en Ile-de-France qui concentre les 2/3 du mal-logement en France. La responsabilité d’Habitat et Humanisme Ile-de-France est donc importante dans le Mouvement. Face à ce mal endémique qui prive des dizaines de milliers de familles du minimum pour se projeter dans le temps long et envisager une vie autonome, nous démontrons qu’il existe des solutions innovantes et convaincantes ; des solutions visant à promouvoir des modes d’habitat et de vivre ensemble permettant à chacun d’être acteur de sa vie ; des solutions visant à réconcilier l’économique et le social.

En tant que président, je n’ai pas de plan d’action ! Par contre, je m’inscris dans une association qui vient de définir collectivement sa feuille de route régionale pour les années à venir, dans le cadre de la Vision Habitat et Humanisme 2020 donnant la primauté au développement qualitatif.