J'agis

Sortir de ces crises annoncées pour que tous s’en sortent.

Bernard Devert

Publié le 26 mai 2020 par Eve-Marie Bodin

Sortir, enfin ! Le confinement a imposé bien des ruptures avec l’arrêt brutal de l’activité économique et mis à mal nos idées de puissance. Où était-il l’homme augmenté, comme il aime à se présenter.

Quelle que soit notre condition sociale, il a fallu ‘se cacher’ pour échapper à la grave crise sanitaire surgie sans crier gare. Ne fut-elle pas associée à une guerre – l’expression peut être discutée – mais elle a mis en terre bien des victimes et par terre une économie qui, sans le soutien de l’Etat, ne parviendrait pas, ou difficilement, à se redresser.

En 15 jours, aux Etats-Unis, plus de 10 millions d’Américains ont perdu leur emploi ; 900 000 Espagnols ont perdu le leur. La France bénéficie « d’amortisseurs sociaux » lui permettant encore une fois d’éviter une tel choc. La Ministre du travail, Muriel Penicaud, ne cache cependant pas son inquiétude.

Au cours de ces 8 semaines, l’humilité progressant, un chemin d’humanité s’est esquissé.

Des inégalités criantes ont été mises en exergue : l’impossibilité pour les plus vulnérables de se protéger du virus, faute d’un toit, et un confinement difficile pour nos concitoyens habitant des machines à loger.

Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve, dit Hölderlin. Attachons-nous à cette croissance, elle est celle de l’esprit si nécessaire pour relever au moins deux défis : une meilleure prise en compte des risques environnementaux et une attention drastique à la cohésion sociale, si déchirée que l’avenir est insécurisé.

Lyon comme Place Financière et Tertiaire a un rôle majeur à tenir. La Ville, capitale de l’humanisme, a largement contribué dans l’histoire aux transformations sociales. N’a-t-elle pas soutenu l’économie solidaire, hier une illusion, aujourd’hui une utopie réaliste, prémices de cette corrélation recherchée entre l’acte d’entreprendre et les missions d’intérêt général.

Dans le monde de l’économie, que de personnalités éclairées ouvrent le champ d’inespérés comme le dispositif de l’Entreprise des Possibles initié par M. Alain Mérieux.

Si ces 8 semaines ont été difficiles, elles furent l’éloge du soin et du prendre-soin (faites attention à vous, aux autres) ; loin de nous plonger dans un coma sociétal, elles furent un sommeil, si riche de rêves qu’il éveille à un autrement.

La sortie progressive de ce tsunami sanitaire a des effets collatéraux immédiats, une crise financière et sociale à aborder avec réalisme, sans perdre la mémoire de ces songes qui nous ont habités pour faire advenir un monde plus humain.

Quittons torpeurs et peurs ; l’heure est de risquer un renouveau sociétal. Il ne manquera pas de faire naître de fortes adhésions, tant il est souhaité.

Bernard Devert

Mai 2020

Facebook