J'agis

La Charte d’Habitat et Humanisme

Un Mouvement de résistance

Habitat et Humanisme est né en 1985 d’un constat :

  • Trop d’hommes et de femmes n’arrivent pas à trouver un toit.
  • Trop de familles vivent encore dans des logements insalubres, surpeuplés, précaires.
  • Trop de quartiers concentrent l’exclusion et engendrent inégalités et violences.
  • Nécessité de faire évoluer les politiques foncières-financières et fiscales pour l’accès au logement.

 

Partant de cette situation inacceptable, un mouvement de résistance est né, suscité par Bernard Devert, professionnel du logement, devenu prêtre.

Tout en reconnaissant l’Evangile comme une de ses sources d’inspiration essentielle, le mouvement prit le nom d’Habitat et Humanisme. Il se référait ainsi à des valeurs partagées par des hommes et des femmes, croyants ou non, venus de tous les horizons, rejoindre le fondateur. Tous ont voulu placer en tête de ces valeurs la Primauté de la Personne Humaine.


Le fondement d'une action

la primauté de la personne humaine

 

Le service respectueux de la personne humaine est le principe qui guide les actions du mouvement.

En conséquence, tous les membres d’Habitat et Humanisme, salariés ou bénévoles, s’engagent à garder présentes à l’esprit et à mettre en oeuvre dans leurs actions quotidiennes au service du Mouvement, les principales dimensions qui constituent la personne humaine :

  • L’être humain doit être reconnu dans son éminente dignité ! Il est unique et singulier, inclassable et irremplaçable.

  • L’être humain est un être de relation. « Je ne suis que par l’Autre, le regard, la présence de l’Autre, me fait être, me fait grandir … » (Michel Falise). La communication avec autrui donne sens et avenir à l’homme, lui permet de manifester sa dignité. Elle est constitutive de sa personne.
  • L’être humain est histoire, aventure, projet. Il est liberté, il est en devenir quels que soient son âge, son handicap, sa maladie, sa situation sociale…
  • L’être humain doit pouvoir être créateur de sens. Dans sa relation avec l’autre et les autres, il donne sens à sa vie, à son action. Il se laisse interroger par les questions fondamentales concernant son existence : la vie, la mort, la souffrance, l’amour, la foi s’il est croyant

La mission du Mouvement

Fort de ce fondement, le Mouvement, par l’engagement de ses salariés et de ses bénévoles et par la recherche et création d’outils innovants, se donne comme double but :

1. de permettre à des familles ou des personnes seules, en situation de perte d’autonomie,

  • de vivre dans un quartier socialement équilibré,
  • de bénéficier d’un accompagnement de proximité favorisant une insertion.
  • lorsque cette perte d’autonomie est liée à des problèmes de santé, d’accéder à des lieux de vie spécialement adaptés à leur situation

Ainsi, pour toutes ces situations de perte d’autonomie, le Mouvement cherche à favoriser la reconstitution des liens sociaux indispensables à toute personne.

2. de permettre à des personnes rejoignant le Mouvement

  • de prendre conscience de la dimension transformatrice qui est associée à la rencontre de l’autre
  • d’en accepter les conséquences ; c’est dans la mise à jour de sa propre fragilité que la rencontre de l’autre devient possible.
  • de se sentir partie prenante du rôle d’interpellation que le Mouvement joue lui-même vis-à-vis de l’opinion publique et de participer ainsi, spécifiquement, à la transformation de la Cité.

Pour réaliser sa mission,

le Mouvement travaille en direction de 4 objectifs

 

1. Non seulement construire ou réhabiliter des logements, mais créer les conditions d’existence d’un habitat pour tous.
Tout homme mérite que soient prises en compte toutes ses dimensions : ses nécessités matérielles, ses aspirations les plus profondes, ses besoins affectifs, sociaux et spirituels. Pour parvenir à cet objectif, fournir un toit n’est pas suffisant. Il faut encore pouvoir offrir un lieu de vie, de rencontres et d’échanges. Ceci suppose un travail jamais terminé sur la production d’un urbanisme pour lequel la personne humaine est le centre des préoccupations.

2. Non seulement donner un jour l’accès à un habitat, mais favoriser dans la durée l’apprentissage d’un environnement et l’insertion dans un voisinage.
Habitat et Humanisme entend agir pour qu’une mixité sociale réelle se développe dans les lieux de vie créés par le mouvement, pour que des liens se tissent et que des gens d’origine différente cohabitent en harmonie. Ce projet passe par une conversion des regards et des mentalités pour que « l’autre – différent » ne suscite plus peur et rejet.


Habitat & Humanisme travaille à être un médiateur de cette conversion auprès des familles logées et de leur voisinage, mais aussi auprès des institutionnels, des politiques, des partenaires financiers et de la société en général.
Habitat et Humanisme suscite des partenariats avec d‘autres acteurs sociaux.

3. Non seulement obtenir et gérer des fonds nécessaires à la construction de logements mais développer avec d’autres partenaires la pratique d’une économie créatrice d’échanges, de lien social et de partage avec ceux qui sont exclus du système économique.
Habitat et Humanisme suscite des entreprises de production et de gestion d’habitat et développe des produits d’épargne solidaire pour financer son action.
Chaque citoyen doit ainsi pouvoir être acteur de l’humanisation de l’économie.

4. Enfin, le Mouvement s’attache à la construction d’un réseau d’associations dans le respect de cette charte.