J'agis

Trêve hivernale : un sursis sans espoir

 Dsc9975 Copie

Publié le 31 octobre 2019 par Escales Solidaires

C’est le cri d’alarme poussé par Bernard Devert, Président Fondateur d’Habitat et Humanisme en cette veille du début de la trêve hivernale : « La trêve hivernale suspend le naufrage annoncé pour trop des familles sans en supprimer in fine l’issue difficile. Au printemps, les expulsions reprendront avec leurs cohortes de ruptures, d’angoisses et la perte de l’estime de soi dont on se relève si difficilement. ».

La trêve hivernale ne représente qu’un sursis pour des milliers de personnes qui vont vivre les mois d’hiver dans l’angoisse permanente du lendemain, si rien n’est fait, ce sont autant de familles qui seront mises à la rue au printemps.

Quatre millions de personnes souffrent de mal-logement en France ou d’absence de logement. Le nombre de personnes sans domicile a augmenté de 50 % entre 2001 et 2012. La précarité touche de plus en plus de ménages qui n’arrivent plus à se loger dignement, même en touchant un salaire, pour certains.

Aujourd’hui, au sein du mouvement Habitat et Humanisme, fondé il y a 34 ans, 400 salariés et plus de 4 200 bénévoles oeuvrent au quotidien en faveur du logement et de l’insertion des personnes en difficulté. C’est ainsi qu’en 2019, plus de 1 800 nouvelles familles en difficulté ont pu accéder à un logement et près de 2 000 personnes ont été accueillies en structure d’hébergement d’urgence (majoritairement des réfugiés et des migrants dans le cadre des dispositifs mis en place par l’Etat).

Fort de ses 55 associations réparties dans plus de 80 départements, le Mouvement Habitat et Humanisme met en place des solutions durables pour éviter que ces situations inacceptables ne perdurent :

  • Production de logements à faibles loyers dans zones les plus tendues du territoire où le logement est inaccessible pour les plus pauvres.
  • Développement de solutions d’habitat innovantes pour répondre à l’isolement et l’exclusion : pensions de famille, résidences intergénérationnelles, habitats participatifs…
  • Mobilisation du parc privé, à travers le dispositif « propriétaires et solidaires », notamment des logements vacants, pour mise en location auprès de ménages à faibles ressources.
  • Mobilisation de foncier temporaire, auprès des collectivités locales ou des entreprises : la maison qui déménage !, module de maison en bois entièrement démontable, et plus récemment, village mobile de containers..

Des solutions existent mais elles demandent une nécessaire solidarité, au niveau de l’État mais également, par l’engagement citoyen de tous :

Habitat et Humanisme propose ainsi 3 leviers : le développement de l’actionnariat solidaire pour produire des logements d’insertion, celui de la location solidaire, et la mobilisation citoyenne à travers le bénévolat, pour accompagner les personnes en difficulté.

 

 

 

Crédit photo : Christophe Pouget