J'agis

Résidence « Emergence Lafayette / Thomas More » à Lyon pour des jeunes à faibles ressources

Résidence Emergence Lafayette – Thomas More
  • Adresse
    222, cours Lafayette
    69003 LYON
  • Nature
    Construction VEFA
  • Gestion du site
    Entreprendre pour Humaniser la Dépendance

En plein cœur de Lyon, une résidence « jeunes » de 58 logements.

 

Résidence Emergence Lafayette – Thomas MoreDans le cadre du réaménagement du quartier d’affaire de la Part-Dieu, dans le 3ème arrondissement, EHD porte ce projet solidaire. EHD a acheté en VEFA (construction neuve) 58 logements d’une surface habitable de 2 025 m² dans le cadre d’un ilot multifonctionnel de 138 logements réalisé par OGIC. Il recense, dans son état futur, un bâtiment avec des commerces et des logements, un bâtiment de bureaux, un bâtiment avec un lieu de culte et des logements, des parcs de stationnement en infrastructure et un mail piéton au rez-de-chaussée. L’emplacement de cet immeuble est idéal pour penser la question du dynamisme et de l’insertion professionnelle. Commerces, bureaux, services, transports constituent un environnement particulièrement porteur dans ce domaine.

Ce projet est destiné à des jeunes, âgés de 18 à 30 ans, à faibles ressources, étudiants, apprentis, jeunes actifs et des jeunes majeurs décrochés dont certains sont issus de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). Ils pourront s’y sentir en sécurité, accompagnés et responsabilisés. Cette résidence sera un tremplin vers leur autonomie. Des espaces collectifs leur permettront de créer du lien et de se rencontrer.

 

 

Le projet social

Le projet social et l’organisation de la nouvelle résidence s’articuleront autour des 18 – 30 ans pour qui, accéder à un logement autonome représente une étape majeure.

Jeune logement habitat et humanismeEn effet, la précarité professionnelle, la faiblesse des revenus, la difficulté d’obtention de garantie, le refus de prise en compte d’un CDD, les cautions diverses, le faible nombre de petits logements, d’offres sur les petites durées ou l’augmentation des loyers sont autant de freins pour accéder à un logement.

Face à cet enjeu, les réponses apportées par le parc social ne sont pas suffisantes. Une part significative des demandeurs de logement social a moins de 30 ans, les délais d’attente sont aujourd’hui de plus de 36 mois et il manque une offre de petits logements abordables dans les grandes métropoles. La métropole de Lyon n’échappe pas à ce phénomène.

Le logement accompagné et plus spécifiquement la résidence sociale, a donc un rôle de tremplin vers l’autonomie à jouer auprès du public jeune. Ce dispositif offre par ailleurs un cadre sécurisant avec une redevance charges comprises qui inclue les fluides et le mobilier. L’APL logement foyer offre une couverture plus importante qu’en logement bail 89 classique, diminuant de fait le reste à charges des occupants et améliorant leur reste à vivre. Les jeunes les plus en difficultés auront un reste à charge inférieur à 100 €/ mois (toutes charges comprises, fluides et mobilier inclus).

 

 

Le projet social de cette résidence vise plus spécifiquement à répondre aux difficultés :

  • Des décohabitant, apprentis, jeunes professionnels, travailleurs précaires
  • Des étudiants internes en médecine via la colocation (4 logements = 12 PLS)
  • Des jeunes majeurs décrochés dont certains sont issus de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE).

Nous souhaitons créer une mixité de profil dans cette catégorie d’âge des 18-30 ans. Les jeunes qui seront accueillis n’auront pas les mêmes parcours d’insertion et viendront d’horizons différents.

 

Des profils variés d’étudiants et de jeunes au cœur du projet

  • Une partie des logements, les 4 colocations PLS, seront proposés à des étudiants internes en médecine.

Avec la crise sanitaire, nous avons davantage pris conscience de l’importance des soignants dans la société. Nous avons également pris conscience qu’il fallait aider les jeunes qui s’engagent dans cette voie en leur proposant des logements dignes, accessibles et proches de leurs lieux de travail.

Des rapprochements se sont donc opérés ces derniers temps avec la faculté de médecine de Lyon. Nous souhaitons placer ces étudiants au cœur du projet social et de la dynamique de la résidence.

 

  • Un tiers des logements sera également destiné à des jeunes engagés dans des parcours d’insertion professionnels ou en formation, qu’ils soient apprentis, travailleurs précaires, en formation, jeunes salariés…

La résidence sociale offre un caractère sécurisant pour ce public qui souvent dispose de peu de ressources et d’une expérience limitée de la vie en autonomie.

 

  • Le dernier tiers des logements sera proposé à des jeunes que l’on peut qualifier de « décrochés » ou sans soutien familial dont une part significative sera issue de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Nous disposons aujourd’hui de plusieurs études et retours de professionnels sur la problématique des sorties sèches. Selon un rapport de la DRESS, au 31 décembre 2017, environ 341 000 enfants au niveau national et jeunes étaient accompagnés ou confiés dans le cadre d’une mesure de protection de l’enfance. L’enjeu est donc énorme. La Fondation Abbé Pierre a d’ailleurs mis en exergue cette problématique dans son rapport du mal logement en 2019. 30% des sans-abri nés en France sont des anciens enfants placés : face à ce constat alarmant dressé par le Conseil économique, social et environnemental, l’intégration de ce public au sein de cette résidence qui porte une dynamique d’insertion par l’emploi et par le logement, trouve tout son sens. Ainsi si l’accès au logement constitue une préoccupation essentielle pour tous les jeunes, elle l’est encore plus pour les jeunes ayant été accueillis par l’ASE car ils bénéficient rarement de solidarités familiales.

 

La  qualité de l’animation du projet social sera donc un enjeu important pour réussir à créer une dynamique collective positive pour l‘ensemble des jeunes logés dans cette résidence, qu’ils soient déjà engagés dans un parcours d’insertion ou décrochés.

L’entreprise des possibles a déjà été sollicité sur ce projet avec l’idée de créer des espaces d’accompagnement et de tutorat ouvert aux jeunes de la résidence.

 

 

Le projet immobilier

Projet Immobilier Ehd

 

Ce programme multifonctionnel porté par OGIC comprend la création de 138 logements (en accession et pour jeunes actifs), l’aménagement de 8 600 m² de bureaux, d’un centre cultuel diocésain équipé d’une chapelle, d’un centre de coworking, et de commerces. Un mail piéton paysager a été aménagé en cœur d’îlot.

L’ensemble s’intègre harmonieusement dans le paysage de la Part-Dieu avec une architecture moderne et épurée, offrant des extérieurs tout en légèreté et transparenceLa livraison de l’ensemble a été finalisée en décembre 2021. Le site est désormais ouvert avec l’arrivée des premiers occupants de l’immeuble d’accession en janvier 2022.

Cet immeuble nous a été proposé en VEFA du R+1 au R+8, le rez-de-chaussée étant conservé par le diocèse pour y créer notamment un espace de coworking. Tous les logements privatifs sont équipés des éléments de confort indispensables (salle de bains, sanitaire et cuisine individuelle). Les logements PLAI sont meublés et équipés en réfrigérateurs et gazinières électriques.

Au total, il y a 46 logements décomposés en 40 logements individuels et 6 logements partagés de 3 T1 chacun (soit 18 logements en partagé). Soit au total 58 logements. A noter les 12 PLS ne font pas partie juridiquement de la résidence sociale, ils font l’objet d’une convention APL spécifique.

 

Des bâtiments mis au service du projet social

Nous avons cherché sur ce programme a créer les conditions de rencontres entre les occupants en multipliant, dans la mesure du possible,  les espaces dédiés. Ainsi le bâtiment est doté :

 

  • Une salle commune d’animation de 70 m² équipée d’une cuisine ouverte
  • Une terrasse de 150 m² situé au 8èmeétage de la tour avec un partie du toit végétalisé pouvant notamment servir à créer des potagers collectifs
  • Des équipements communs pour favoriser les rencontres, soit un espace bureau /entretiens au R+1, une laverie collective, un espace salle de sport est à l’étude, des espaces partagés ouvert sur le quartier et situés au rdc de la résidence (un coworking, un bistrot convivial, un espace cultuel, une salle de réunion)